Vous êtes ici

Confirmation des mutations du gène PROSC comme nouvelle cause d’épilepsie B6 sensible

Barbara Plecko, Markus Zweier, Anais Begeman, Deborah Mathis, Bernhard Schmitt, Pasquale Striano, Martina Baethmann, Maria Stella Vari, Francesca Beccaria, Federico Zara, Lisa M. Crowther, Pascal Joset, Heinrich Sticht, Mihaela S. Papuc, Anita Rauch. Dep. of Child Neurology, Univ. Childrens' Hospital, University of Zurich, Switzerland

Objectif

L'épilepsie  B6 sensible débutant en période néonatale  est une entité clinique hétérogène liée à des mutations sur deux gènes connus (ALDH7A1 et PNPO) retrouvés dans la très grande majorité des cas. Des mutations d’un autre gène, ALPL, peuvent également causer une épilepsie B6 sensible, bien qu’elles se traduisent habituellement par une maladie osseuse. La découverte très récente de mutations bi-alléliques de ce gène dans 5 familles suggérait que le gène PROSC pourrait être une nouvelle cause d’épilepsie B6 sensible.

Méthodes

Nous avons réalisé un séquençage de l’ensemble du génome chez deux patients non apparentés et un séquençage supplémentaire du gène PROSC par la méthode Sanger chez 9 autres patients atteints d'une épilepsie B6 sensible mais sans anomalies génétiques mises en évidence.

Résultats

Nous avons identifié quatre patients non apparentés présentant un total de six mutations différentes du gène PROSC dont quatre nouvelles mutations responsables de la maladie. Nous présentons le phénotype clinique, la réponse à la pyridoxine et le profil plasmatique de la vitamine B6 chez ces patients.

Conclusions

Le phénotype clinique et  électroencéphalographique des patients avec des mutations du gène PROSC est impossible à distinguer de celui des patients avec des mutations des gènes précédemment connus, ALDH7A1 et PNPO.

 


References

http://dx.doi.org/10.1016/j.ejpn.2017.04.871